Brexit et Immobilier en France : qu’en est-il ?

À 52%, les Anglais ont décidé de sortir de l’Union Européenne, et les marchés, boursiers et immobiliers se sont affolés, craignant le pire. Longtemps, les Britanniques, et particulièrement les retraités, ont misé sur la France pour l’achat d’un bien immobilier. Un an après, les craintes se sont-elles confirmées ? Les Anglais continuent-ils d’investir dans la pierre en France ? Éléments de réponse.

Les Britanniques, premiers investisseurs étrangers dans l’hexagone.

Nombreuses et nombreux sont les Anglaises et Anglais à investir en France. Résidences secondaires dans un premier temps, et parfois à la retraite résidences principales, l’immobilier est le domaine dans lequel les investissements sont les plus nombreux et les plus importants. L’art de vivre, le climat et le prix sont les principales raisons de leur venue dans l’hexagone.

La notoriété de la France a fait de ce pays la seconde destination (derrière l’Espagne) dans laquelle les acheteurs britanniques projettent ou on déjà fait l’acquisition d’un logement.

En effet, ils sont 28% (contre 42% pour le pays de Cervantès) à envisager l’achat d’une maison ou d’un appartement, faisant d’eux les premiers investisseurs étrangers en France.

Elle est le pays dans lequel les Anglaises et les Anglais consacrent le plus gros budget pour leur transaction immobilière (en moyenne plus de 200 000 €) au sein de l’Union Européenne.

Le Brexit dans tout ça ?

Les craintes d’une baisse du pouvoir d’achat se sont faites sentir lors de la campagne pour le référendum, et se sont accentuées au lendemain du résultat.

Toutefois, bien qu’une légère baisse des investissements (de l’ordre de 3,6%) s’est faite sentir à la fin 2016, il faut replacer cette baisse dans le contexte de la hausse massive des transactions (de l’ordre de 28,7%) rencontrée en 2015. Ils sont tout de même 30% à vouloir accélérer les transactions financières suite au Brexit pour acquérir un bien immobilier dans l’hexagone.

Les inquiétudes quant aux taxes et à la libre circulation des biens et des personnes concernent 48% des sondé(e)s selon un sondage BNP Paribas International Buyers.

Le Brexit ayant généré nombre d’inquiétudes, il est à parier que l’art de vivre à la Française (entre autre) saura pendant longtemps encore attirer les investisseurs Britanniques.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *